10min
This is your epic notification bar. Enter your code here.
Close Notification Open Notification


Les question les plus fréquentes


Moi j’ai le vertige ?

La sensation de « vertige » ou disons plutôt d’anxiété éprouvée par un sujet se trouvant de manière inaccoutumée en hauteur, ne se fait sentir que lorsque vous avez un lien solide avec le sol exemple en haut d’une tour d’un immeuble un d’un pont. En paramoteur vous n’avez plus aucun contact avec le sol ainsi vous n’êtes pas sujet au « vertige ».

Pourquoi est-ce le plus sûr des aéronefs ?

Et bien votre parachute est déjà ouvert au-dessus de votre tête, de plus en cas de panne moteur pas de problème, le parapente que nous utilisons vole aussi bien moteur allumé qu’éteint. Les atterrissages s’effectuent d’ailleurs le plus souvent moteur éteint. Mais comme votre sécurité est la première de nos préoccupations, nos paramoteurs biplaces sont en plus équipés d’un parachute de secours.

Ça doit être compliqué d’apprendre ?

Le brevet de pilote paramoteur est plus facile à obtenir que le permis de conduire. A partir de 15 ans vous pouvez être autonome, votre progression sera encore plus rapide si vous avez déjà une expérience aéronautique ou bien des notions aérodynamique ex : parapente, kite-surf, char à voile… En terme de pilotage les commandes se résument à tirer sur le frein droit ou gauche pour tourner, accélérer ou décélérer pour monter ou descendre.

Je ne suis pas du tout sportif mais j’aimerais voler est-ce possible ?

Le paramoteur se décompose en deux catégories :

  • Le décollage à pied, vous portez votre paramoteur sur le dos pendant quelques dizaines de secondes puis c’est la voile qui s’en chargera. Le paramoteur fait le poids d’un bon sac de randonnée.
  • Le décollage en chariot, vous vous installez confortablement dans le siège vous attachez votre ceinture et vous accélérez. Une fois la voile au-dessus de la tête vous vous mettez à rouler puis quitterez le sol sans vous en rendre compte. Ce sport n’est donc pas réservé au sportif mais à un grand public.

Une fois en l’air que fait-on ?

A chacun son style ! Partez pour de grande ballade à plusieurs centaines de mètres d’altitude pour observer l’horizon, Caen, la mer ou encore les collines de la Suisse Normande. Ou bien profiter des couleurs variées du blé, maïs ou du lin si plaisant à survoler.

Vous pourrez même vous offrir le luxe de lâcher les commandes pour prendre quelques photos.

Comment transporte-t-on le matériel ?

Votre paramoteur tient dans le coffre de votre voiture, vous aurez ainsi un sac pour le paramoteur et un second pour votre voile. Si vous possédez un chariot (décollage sur roues) vous aurez la possibilité de l’atteler derrière votre voiture comme une remorque. Pratique non ?

D’où peut-on décoller ?

La distance nécessaire à l’envol d’un paramoteur décollage à pied dépend de la voile utilisée, du poids de l’ensemble, de la puissance du moteur et de la vitesse du vent. Les décollages s’effectuent toujours face au vent. Une petite brise de face pourra rapidement diviser par deux la distance de décollage, dans ce cas le vent est un allié précieux. Pour vous donner une moyenne vous quitterez le sol après une quinzaines de mètres, et une trentaine pour un décollage en chariot.

Que faut-il pour pouvoir piloter un paramoteur ?

En France, un paramoteur est un ULM. Les ULM sont classés en 6 catégories, les pendulaires, les multiaxes, les parapentes à moteur, les gyrocoptères les ballons motorisés et l’hélicoptère. Pour voler légalement en France, il faut passer le brevet théorique ULM, qui est commun aux 6 catégories, ainsi que la partie pratique délivré par un instructeur de paramoteur.

Quel est l’autonomie ?

Elle dépend de la taille de votre réservoir de carburant, et de la consommation de votre moteur. En moyenne un paramoteur mono place consomme 3l/heure, et les réservoirs équipés d’origine sont d’environs 15l. L’autonomie moyenne est donc d’environ 5 heures. Il est possible d’équiper votre paramoteur de réservoir grande capacité.




logo
Boutons Paypal par Blog Expert